Breaking News
Home » La Belgique » Biographie de Baudouin de Belgique

Biographie de Baudouin de Belgique

Partager l'articleShare on Facebook1Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Email this to someoneBuffer this pagePrint this page

Le roi Baudouin   Homme d’état et Roi (Belge)  Né le 07 septembre 1930   Décédé le 31 juillet 1993 (à l’âge de 62 ans)

Baudouin (Boudewijn en néerlandais, Baldwin en anglais), Albert, Charles, Léopold, Axel, Marie, Gustave (Château du Stuyvenberg, le 7 septembre 1930 – Motril, Espagne, 31 juillet 1993), cinquième roi des Belges, du 17 juillet 1951 au 31 juillet 1993. Second enfant et premier fils de Léopold III et de la reine Astrid. Titré comte de Hainaut alors que son père était encore duc de Brabant. Il est le frère du roi Albert II (né en 1934) et de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg (1927-2005).

Les jeunes années

Son enfance est marquée par la mort accidentelle de sa mère, alors qu’il n’a que 5 ans, puis par la Seconde Guerre mondiale, vécue en France, en Espagne, puis entre Bruxelles et Ciergnon, dans les Ardennes. Juste après le Débarquement, la famille royale est internée en Allemagne, puis en Autriche, où elle fut libérée le 7 juin 1945 par les troupes américaines. Commence alors la « question royale » qui oblige la famille royale à s’exiler en Suisse jusqu’en juillet 1950.

Si la consultation populaire de mars 1950 montre une volonté des Belges de voir revenir le roi Léopold III, les résultats

Un long règne

Si la Belgique est une monarchie parlementaire où le roi ne peut exprimer publiquement d’opinion qu’avec l’accord du gouvernement, le roi Baudouin a eu une influence certaine sur les gouvernements qui se sont succédé pendant ses quarante-deux années de règne. Sur le plan international, c’est la création de laCECA en 1951 et de la Communauté économique européenne en 1957, de l’Exposition universelle de Bruxelles en 1958. En 1955, il accomplit une tournée triomphale au Congo belge, visitant toutes les régions du Congo colonial qui est alors à son apogée et le Roi est partout accueilli chaleureusement par des populations indigènes. Néanmoins 4 ans après ce voyage triomphal, le Roi Baudouin annonce, en 1959, l’intention du Gouvernement d’accorder l’indépendance au Congo. Le 30 juin 1960, le Roi assiste à la transmission des pouvoirs à Léopoldville.

Roi triste

C’est seul que le roi Baudouin commence son règne. En Belgique, ces années sont marquées par la question scolaire qui oppose les partisans de l’école catholique et ceux de l’enseignement public.

Ainsi, en 1990, il refuse de sanctionner une loi proposant la dépénalisation conditionnelle de l’avortement. Sur la demande du roi et sur la base de l’article 82 de la Constitution, le Conseil des ministres constata alors que le roi était « dans l’impossibilité de régner » ce qui permit au seul Conseil des ministres de sanctionner la loi le 3 avril 1990. Le 5 avril suivant, le roi fut rétabli dans des fonctions après un vote des Chambres réunies constatant que l’impossibilité de régner avait pris fin. Beaucoup de Belges ont considéré cette astuce comme non-légale puisque la Constitution n’envisage que les cas de maladie ou d’éloignement physique du roi. De plus, la constitution[1] ne donne les pouvoirs du Roi aux ministres qu’en cas de décès de celui-ci; en cas d’impossibilité de régner, c’est aux chambres réunies de pourvoir à la tutelle et la régence.

Au cours de son règne, le roi Baudouin a dénoncé le racisme et la xénophobie dans ses discours, et n’a jamais reçu en audience aucun représentant de l’extrême-droite (Front national et Vlaams Blok). A la fin de sa vie, il s’était investi dans la lutte contre la traite des êtres humains et une prostituée lui a rendu un vibrant hommage lors de ses funérailles devant un parterre de chefs d’Etat médusés!

Famille

Le 15 décembre 1960, il épouse doña Fabiola de Mora y Aragón (qui devient ainsi la reine Fabiola). Le mariage est célébré en la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles et est retransmis à la télévision, une première pour un mariage royal en Belgique. De cette union, aucun héritier ne naîtra. Son neveu, le prince Philippe est pressenti pour lui succéder et est formé en ce sens, laissant croire que le prince Albert ne monterait jamais sur le trône.

Fondation Roi-Baudouin

En 1976, lors des célébrations des 25 ans de son règne, le roi Baudouin exprime le souhait de voir une fondation contribuant à l’amélioration des conditions de vie de la population : la Fondation Roi-Baudouinest donc créée à l’aide des fonds récoltés. Fondation d’utilité publique indépendante et pluraliste, elle a pour objet d’améliorer les conditions de vie de la population sur les plans économique, social, culturel et scientifique. Elle soutient l’engagement de tous les acteurs de la société afin de générer des changements durables qui contribuent à davantage de justice, de démocratie et de développement. Elle combine la réflexion de fond, la mise sur pied d’initiatives propres et l’aide financière en faveur de projets de tiers. Elle agit tant à court qu’à long terme.

Tous les deux ans, la Fondation Roi-Baudouin remet le Prix international Roi-Baudouin pour le Développement (d’une valeur de 150.000 euros) afin d’appuyer et faire connaître des projets ayant apporté une contribution majeure au développement des pays du Sud ou à la solidarité entre pays industrialisés et ceux en développement.

La Fondation Roi-Baudouin gère de nombreux fonds d’entreprise et fonds nominatifs, comme le Fonds Reine-Fabiola pour la santé mentale, le Fonds Prince-Albert, le Fonds Prince-Philippe et le Fonds Princesse-Mathilde.

Décès

Le 31 juillet 1993, le roi meurt d’un arrêt cardiaque lors de vacances à Motril, en Espagne. C’est son frère,Albert II, qui lui succède sur le trône de Belgique le 9 août 1993. De nombreux Belges (500 000 ?) lui rendront hommage en venant s’incliner devant sa dépouille. Ses funérailles rassemblent un grand nombre de chefs d’État du monde entier : de la reine Élisabeth II du Royaume-Uni à l’empereur Akihito du Japon, en passant par le président français François Mitterrand. La reine Fabiola, très pieuse, souhaitant une messe de gloire et d’espérance, était habillée de blanc, couleur de la résurrection (également couleur de deuil des reines catholiques).
Partager l'articleShare on Facebook1Share on Google+0Share on LinkedIn0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Email this to someoneBuffer this pagePrint this page

a Propos Xavier

Webmaster de l'annuaire belge Annubel que j'ai créé et gère depuis 1999 , passionné par l'informatique et la technologie en général.

Découvrer aussi

Drapeau de la Belgique

Partager l'article52000Drapeau de la Belgique Le drapeau de la Belgique est composé de trois bandes verticales ; noire (côté de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *